Park(ing) Day

Stationner, c’est louer une partie de l’espace public. A l’heure de la circulation automobile individuelle, ces pratiques étouffent les autres fonctions des espaces partagés. Dans les villes, la qualité de vie dégrade significativement: pollution, nuisances sonores, mise en danger des usagers lents...

En réaction à ce phénomène, l’initiative Park(ing) Day est un moyen original de ré-investir la rue. Comment? En donnant une autre fonction à une place de parking: zone verte, lieu de détente, d’expression culturelle, d’interpellation politique...

Le 16 septembre, à Louvain-la-Neuve, une dizaine de voisins ont déployé tonnelles, jeux d’extérieur et casse-croûte sur la chaussée. Leur but: sensibiliser à la circulation excessive dans leur quartier. L’ Esplanade, un shopping center, a été bâti de l’autre côté de la route et, depuis, le quartier de la Baraque est envahi de voitures.

Sur place, Gaëlle, une habitante, s’exprime: «On est quelques habitants à avoir voulu répondre à l’appel du Park(ing) Day pour faire quelque chose de plus convivial et sympathique dans un espace généralement squatté par les véhicules. Le paradoxe du quartier c’est que nous sommes envahis de voitures alors que peu d’entre nous en utilisent une. On veut faire revivre un espace public rendu mort par la voiture. Ici, les enfants jouent. Les piétons, les cyclistes se promènent. C’est une autre manière de vivre ensemble».