Des courges, un chouette projet : partons à la rencontre de Courchouette !

Cap sur Walhain pour rencontrer Adrian Eylenbosh, un des porteurs de Courchouette, un projet consistant à confier des plants de courges bio à des particuliers en leur donnant la mission d’en prendre soin et de faire parvenir les légumes à maturité. Une fois les légumes prêts à la récolte, ces jeunes les acheminent vers des structures sociales de leur région… Explications !

Peux-tu nous en dire plus sur ce projet et ses objectifs ?
Courchouette est un projet aujourd’hui porté par 10 jeunes, tous du Brabant Wallon. L’idée est venu d’un constat : le bio n'est pas accessible à tous ! Nous voulions donc trouver une solution pour que les plus démunis puissent aussi profiter d'une nourriture saine, locale et bio. En plus de cette dimension sociale, un autre objectif était de remettre les citoyens « à la terre » : beaucoup de gens ne prennent malheureusement plus le temps de faire un potager… De mars à juin 2017, nous avons planté des graines de courges chez nous. En juin, nous avons distribué environ 450 pousses de courges issues de 27 variétés aux participants de la région qui s’étaient inscrits via notre site internet. Ils s'en sont occupé avec soin. Fin septembre, nous sommes allés récupérer la production et nous l’avons redistribuée aux structures sociales de la région qui, elles, l’a partagée aux plus démunis.
Quels partenariats avez-vous pu nouer autour de ce projet ?
Pour l'instant, nous sommes en partenariats avec « Un Toit, Un Cœur » à Louvain-la-Neuve. C'est un " espace-refuge " où l'on est à l'écoute, on donne des repas, ... Nous avons fourni aussi la Croix-Rouge pour ses épiceries sociales. Des légumes sont aussi allés à « L'Épi'centre », l'épicerie sociale des CPAS de Chastre, Mont-Saint-Guibert et Walhain. Enfin, les excédents ont été versés à l'opération Thermos à Bruxelles.
Quel accueil ce projet a-t-il reçu auprès des citoyens ? Est-ce possible de s’impliquer même si on habite loin de votre zone d’action ?
Le projet a très bien été reçu par les citoyens : près de 140 personnes ont participé à cette première édition ! Nous avons aussi été sélectionnés dans les 10 lauréats du concours Génération Solidaire organisé par le journal L'Avenir, parmi 130 projets. Il est tout à fait possible de s'impliquer si l'on habite loin. La seule contrainte pour le participant est qu'il devra alors venir chercher les pousses chez nous, puis nous ramener les légumes fin septembre 2018. Certains motivés nous ont même proposé de lancer le projet dans leur commune. Cela ne s'est pas encore fait, mais c'est peut-être pour l'année prochaine ! À suivre...