Les vacances de la Meuse

Du 15 septembre au 07 octobre 2012, la Haute-Meuse a été mise en chômage. Alors que les enfants étaient, depuis quelques jours déjà, rentrés en classe, le fleuve se prend des vacances ! Quelle drôle d’idée! C’est pourquoi deux animateurs de l’asbl Empreintes ont proposé à 18 groupes scolaires, de la 4ème primaire à la 2ème secondaire, de chausser leurs bottes pour tenter de comprendre cet étrange phénomène.

Que la Meuse est belle quand elle retrouve son cours naturel, nous laissant voir ses berges dénudées, ses îles désertées et ses bras asséchés. C’est une invitation à la promenade et un retour sur l’équilibre du système homme-nature que le fleuve nous offrit pendant trois semaines. Que ce soit à l’île Vas-T’y-Frotte, à Dave, aux îles de Godinne, à Anhée ou Ansereme, c’est avec curiosité et étonnement que tous les petits explorateurs d’un jour se lancèrent, accompagnés de leur instituteur, à l’abordage du lit fluvial tari. Les coffres à trésors furent vite remplis par des colonies de moules, d’écrevisses, de poissons égarés, d’ossements mystérieux et de drôles d’objets et les questions à propos de la métamorphose de la Meuse trouvèrent (presque) toutes des réponses : Pourquoi dit-on que la Meuse est au chômage ? A quoi ça sert de retirer l’eau ? Où vont les poissons ? Qu’a-t-on fait des bateaux ? Et que font ces oiseaux?

Les rencontres avec des éclusiers permirent aussi de comprendre et d’illustrer le mécanisme d’ouverture des portes des barrages et les visites des ouvrages en éblouirent plus d’un, petits et grands. Ni la vase, ni la pluie ne vinrent à bout des explorateurs qui eurent la chance de conquérir ce paysage interpellant, unique en son genre. C’est en effet uniquement les 46 km de la Haute-Meuse qui sont concernés par cette tradition de vidange des eaux. Cette astuce avait, à l’origine, comme unique objectif la réhabilitation des ouvrages de rétention des eaux. Aujourd’hui, on en profite pour rénover les nombreuses berges artificielles, les pêcheurs repeignent leur barque et restaurent leur ponton et Empreintes sensibilise vos enfants à l’observation de la biodiversité et du paysage.

On se donne donc rendez-vous dans trois ans pour partir à nouveau à la découverte des milles et une facettes de la Haute-Meuse

Nadège Rase