Camp-Lanta… Sans eau courante, sans électricité.

Cet été, Empreintes a organisé un séjour résidentiel de 5 jours au contact de la nature pour des ados en situation de précarité. En partenariat avec l’AMO Passages*, une quinzaine d’ados se sont retrouvés dans un endroit coupé du monde, situé à deux kilomètres de la première route macadamisée, dans une prairie sans électricité et sans eau courante.

Mais pourquoi développer un nouveau séjour ?

A l’heure où la crise environnementale prend une place de plus en plus importante dans l’opinion publique, certaines voix se lèvent pour défendre la thèse que « les problèmes écologiques sont en réalité l’expression d’un dysfonctionnement plus profond du rapport de l’homme à la nature, qui s’exprime par un sentiment de déconnexion »**. En d’autres mots, si l’homme moderne a des comportements destructeurs vis-à-vis de la nature (au sens large du terme), cela peut être parce qu’il ne vit plus en connexion avec elle. Parallèlement, favoriser un meilleur équilibre entre l’homme et son environnement constitue un des objectifs de l’Éducation relative à l’Environnement.

Camp-Lanta s’inscrit dans cette dynamique en considérant que l’ado a besoin de puiser dans la nature des éléments pour construire son équilibre. Cet équilibre, durable parce qu’ancré au plus profond de l’individu, constitue un terreau fertile pour stimuler des pratiques de consommations (notamment énergétiques) raisonnées. L’ado trouvera lui-même son chemin pour prendre soin de son environnement.

Les habitats du 21ème siècle offrent un accès quasi illimité et direct aux ressources énergétiques. L’eau chaude coule du robinet, un clic et la lumière s’allume… le tout pouvant nous paraître inépuisable. Camp-Lanta entend prendre le contre-pied de ce cadre de vie habituel en confrontant les jeunes aux ressources énergétiques naturelles… parce que vivre « le moins », c’est aider à donner de la valeur à l’abondance.

L’heure est aujourd’hui au bilan. En élaborant le projet, nous savions que l’aventure risquait d’être haute en couleurs… Et ce fut le cas, avec des moments intenses de vie de groupe et des difficultés très pratiques (notamment avec les araignées et autres insectes)… Mais beaucoup de souvenirs sont positifs. Épinglons parmi ceux-ci un lever de soleil à 5h du matin, les soirées feu de camp au bord de l’Ourthe ou l’utilisation parfois scabreuse des toilettes sèches…

Pour sensibiliser des ados, sans doute y a-t-il différentes cordes à pincer. Avec le camp, Empreintes a choisi de faire sonner celle de l’expérientiel. La vibration est intense et profonde. Déjà, l’envie est de tendre l’oreille pour percevoir l’écho venant de 2011… Et si nous prenions du temps afin d’ajouter de l’harmonie à cette vibration ?

Gilles Domange

* AMO Passage. Les services d’aide en milieu ouvert (AMO) ont pour activité l'aide préventive au bénéfice des jeunes dans leur milieu de vie et dans leurs rapports avec l'environnement social
** C. Luyckx Verdin, la véritable révolution verte est d’abord une révolution intérieure. 2007