Etre riche donne-t-il tous les droits ?

Qui ne s’est jamais dit : « Quand je serai riche, je... » et de lister les excès, dépenses, aventures les plus improbables? « Je ferai le tour du monde en voiturette de golf ! Je voyagerai en jet privé ! Non ! J’ouvrirai des dispensaires pour les pauvres de pays lointains! » Et bien, c’est à peu près peine perdue. Personne n’est devenu riche par hasard. Dans la majorité des cas, on ne devient pas riche, on naît riche.

Mais il existe des exceptions. Ainsi, pour accumuler une fortune à partir de rien, il faut faire preuve d’une immense détermination avec UN seul horizon : faire de l’argent. Tout doit lui être sacrifié. Un exemple? Bernard Arnault : le patron du groupe de luxe Louis Vuitton Moët Hennessy (LVMH). Il est Français. De rachat en revente de sociétés, de fusion en restructuration, il « pèse » aujourd’hui 41 milliards de dollars. Il est au top des fortunes européennes. En septembre dernier, il demandait la nationalité belge. « Pour développer mes activités en Belgique », prétend-il. Les riches payent moins d’impôts en Belgique qu’en France, surtout depuis l’élection de François Hollande qui a promis de taxer à 75% les revenus supérieurs à un million d’euros par an. Monsieur Arnault, qui s’enrichi de plusieurs dizaines de millions par an, refuse de les partager avec l’Etat français et ses concitoyens. Il vient donc en Belgique chercher un horizon fiscal qui n’entravera pas la courbe de progression de son capital. Il n’y a rien de scandaleux à être très riche. Ce qui l’est, par contre, c’est de refuser, à l’exemple de Bernard Arnault, d’être considéré comme un citoyen ordinaire.

La solidarité, l’égalité, la démocratie, les lois seraient uniquement pour les autres. Certains critiquent ou admirent l’homme pour son impatience, son arrogance, son dédain. Ils croient même que c’est ce qui caractérise une personne qui a beaucoup d’argent, de pouvoir, donc de valeur. Ainsi cet énergumène enregistré à son insu (voir lien). Il pète les plombs lorsqu’une guichetière SNCF lui demande de s’écarter de la file alors qu’il téléphone. « Monsieur, écartez-vous pour laisser passer les autres s’il vous plaît. » Boum! il explose : « Moi je gagne 70 K-euros (70.000) par an et vous vous êtes au smic* alors vous fermez votre gueule ». La suite montrera qu’il bluffait. Sans doute croyait-il vraiment que c’était ça être riche. Le patron de LVMH et le fou de la gare partagent l’idée que l’argent et la recherche du profit donnent tous les droits. Le premier est plein aux as, le deuxième enrage de ne pas l’être. Lequel voulez vous être ?

*En France, le smic est le salaire minimum mensuel (1.120€ par mois pour une semaine de 35 heures de travail)