Bonjour madame la démocratie !

C’est à Louvain-La-Neuve, le 1er mai 2017, que le G100 a démarré. Au départ, l’Esplanade, le centre commercial de Louvain-La-Neuve, prévoit de s’agrandir. L’indignation… Une étincelle, bientôt un brasier !

Ce centre commercial, fort d’une centaine de commerces, prévoit de s’agrandir de 50 enseignes supplémentaires. Loin des habitants, la ville se renouvelle !

Résolue à représenter les étudiants face à ce projet d’extension de l’Esplanade, l’Assemblée Générale des étudiants de Louvain-La-Neuve (AGL) demande à la commune d’organiser une consultation populaire pour les habitants afin qu’ils puissent se saisir eux aussi du sujet. Loin d’être représentative des étudiants comme le voulait l’AGL, cette consultation est ouverte uniquement aux habitants domiciliés dans la commune. Nombre d’étudiants (et de travailleurs) sont donc écartés de la consultation…

De là est né le G100 : l’AGL a décidé de tirer 100 personnes au sort parmi des étudiants, des habitants et des travailleurs pour véritablement lancer le débat. Encadrée par un comité scientifique, l’expérience est imaginée, pensée et construite en 3 mois. Pendant une journée, les parties prenantes du projet viennent expliquer leur opinion. On y croise le promoteur immobilier, la commune de Louvain-La-Neuve, l’Université, l’association des habitants de la ville, l’association des commerçants et la plateforme citoyenne.

Tout est orchestré d’une main de maitre. Tout au long de la journée des facilitateurs sont là pour organiser, par petits groupes, des discussions. Tout le monde joue le jeu, faisant ressortir les points négatifs et positifs du projet, s’attachant à proposer des améliorations, des pistes pour aller plus loin : agrandir l’Esplanade oui, mais pour créer une académie d’art, un centre commercial équitable et responsable, un skate parc, une école de musique… L’imagination foisonne, l’engagement citoyen aussi !

Le G100 va plus loin que « j’aime » ou « j’aime pas ». Il questionne au départ la manière de présenter le projet, sa transparence, son détachement quant à l’avis des habitants. On parle de démocratie, tout est sujet à débat, chacun s’empare de la discussion, l’objectif est atteint.

En fin d’après-midi chacun se positionne sur le projet d’extension tel que proposé par la ville. Nous y voilà, 47% sont contre, 29% plutôt contre, 16% plutôt pour, 5% pour et 3% d’abstention…

Cette expérience novatrice, moderne et terriblement démocratique témoigne d’une véritable volonté d’engagement et d‘appropriation par les citoyens de l’espace public et de la discussion. Il ouvre la voie à un chantier en construction : celui de la démocratie participative qui renouvelle notre vision et notre engagement, fait naitre des idées, pousse à se questionner, à agir ! Et bientôt à changer les choses… Dès maintenant !