Pense global, agis local !

Mondialisation, baisse du pouvoir d'achat, chômage, délocalisation, spéculation, exploitation, OGM ... Quel point commun à tous ces maux ? Peut-être qu'on se sent impuissants face à eux... Comment faire face aux produits chimiques dans l'agriculture ? Comment favoriser un accès équitable à l'éducation et au savoir ? Que faire face à l'augmentation des prix ?

Nombreux sont ceux qui se posent ces questions à travers le monde. Des petites solutions sont envisagées pour contrer de gros problèmes. Des initiatives développées par d'irréductibles citoyens se mettent en place pour injecter plus d'égalité et de lien social dans nos sociétés. Dans ce dossier, Bulles Vertes te propose d'en explorer quelques-unes.

Un pied de nez à l'industrie agroalimentaire

"GAC", un mot en trois lettres qui renferme toute la puissance d'une initiative citoyenne à l'objectif clair : manger autre chose que ce que l'industrie agroalimentaire nous impose. Le Groupe d'Achat Commun, parfois aussi appelé Groupe d'Achat Solidaire (GAS), propose à ses membres de réfléchir à leur consommation et d'acheter des produits répondant à des critères de qualité et d'éthique.

Les membres du GAC Naniot de Liège le définissent comme un : « groupement de consomm'acteurs qui se réunissent pour créer des partenariats avec des producteurs afin d'acheter collectivement des produits alimentaires et ménagers. Bio ou pas, ce qui importe, c’est la qualité et la proximité du produit ». Les valeurs mises en avant au sein des GAC's sont la convivialité, la distance la plus courte possible entre le producteur et le consommateur, la qualité des produits ... Concrètement, on peut y trouver des légumes, des produits laitiers ou tous types de produits alimentaires. Parfois aussi des produits d'entretiens, des produits « fait maison » et des contacts avec des gens tout près de chez soi !

Parfois, les GAC's sont grands et regroupent jusqu'à 40 familles. Une organisation logistique complexe est alors mise en place pour s'approvisionner chez les producteurs, se répartir les produits et faire la comptabilité. D'autres sont moins importants et essayent de maintenir un mode de fonctionnement simple.

Tous les groupements d'achats de Belgique ne sont pas repris sur Internet. Alors n'hésite pas à t'informer dans ta commune et à faire fonctionner le bouche à oreille.

Donner à apprendre, apprendre à donner

Un Réseaux d’Échange de Savoirs, c’est quoi ?
C’est un réseau de personnes où l’on peut s’échanger des savoirs de toutes sortes: une recette de cuisine, une langue étrangère, un morceau de piano, la réparation d'un pneu de vélo, la cuisson d'un pain... Grands ou petits savoirs, ils ont tous la même valeur. Objectif principal: s’enrichir mutuellement et apprendre des choses avec l'aide des autres.

Nous avons demandé à Barbara comment fonctionne le RES d' Outremeuse, dont elle est membre. « D’abord, une animatrice explique le fonctionnement du réseau. Elle t'aide ensuite à cerner ce que tu veux apprendre et ce que tu es prêt à partager comme savoir. Puis elle met en contact les personnes qui peuvent recevoir et donner un savoir ». Les échanges se font à deux ou en groupe et, bien sûr, c'est gratuit : « Il n’y a pas de relations commerciales, cela permet de sortir d’un système où tout fonctionne avec de l’argent ».

Le RES permet donc de rencontrer des gens. Barbara: « cela permet aussi d’apprendre des choses concrètes, que l’on ne sait pas toujours apprendre à l’école ou dans des formations. Puis chacun est valorisé quand il donne ou quand il reçoit des savoirs. Tout le monde en ressort grandi ».

Les monnaies alternatives, c'est tout bénef' !

L'argent, lorsqu'il est apparu, servait à faciliter les échanges commerciaux. C'était sa fonction première. Pourtant, très vite, il a acquis de la valeur pour lui-même. Ce n'est plus seulement un moyen d'échange. « Faire de l'argent » est devenu une fin en soi. Depuis, le fossé se creuse entre ceux qui en ont peu et ceux qui en ont beaucoup.

Pour tendre vers plus d'égalité entre individus, les collectivités se sont posé cette question : existe-t-il autre chose que la monnaie pour se procurer biens et services? Une valeur identique pour tous qui ne varierait pas au gré du marché?

Plusieurs monnaies alternatives ont alors émergé. Par exemple, les « Grains de SEL » utilisés par les Systèmes d'Échanges Locaux (SEL). Chaque unité correspond à une heure de « coup de main ». Ainsi, si tu donnes deux heures de cours de piano, tu recevras deux Grains de SEL. À ton tour, tu pourras les utiliser pour payer une personne qui t'aidera dans ton potager...

Les monnaies alternatives permettent de reconstruire le tissu social en encourageant, notamment, des comportements citoyens et solidaires.

Du bonheur sans intérêts.

La Donnerie

Les gens jettent un nombre incroyable de choses pourtant encore en bon état. Pourquoi ? Parce qu’ils n’en ont plus besoin, que ça encombre, parce qu’ils ont reçu le même appareil neuf...

À côté de ça, les gens répondent à la majorité de leurs besoins matériels par des achats. Au total donc, beaucoup de gaspillages et beaucoup de dépenses…

Et si, lorsqu’on n’a plus besoin de quelque chose, on l’offrait à qui le nécessite? C’est ce que la Donnerie organise. Une Donnerie est un réseau de personnes qui donnent et demandent des objets dont ils n’ont plus l’usage/dont ils ont besoin. Machine à café, matelas, échelle, poules, livres…tout y passe et tout le monde est toujours gagnant, y compris la planète. C’est une lutte contre le gaspillage et le mépris de l’environnement à travers des gestes simples de solidarité à échelle locale.

Concrètement, comment ça fonctionne ? La personne intéressée s’inscrit à la liste de diffusion. À partir de là, elle reçoit toute une série d’emails de gens qui donnent ou recherchent des choses. Si elle est intéressée ou qu’elle peut justement aider, elle répond. Les deux s’arrangent alors pour se voir, se remettre l’objet, et, pourquoi pas, partager un café.

La plus grande donnerie est actuellement celle d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, mais d’autres initiatives similaires commencent à apparaitre à Namur, Charleroi, Eghezée…