Monsanto, petite histoire d'un gros problème...

Cette année, la société allemande de produits pharmaceutiques Bayer a acheté la compagnie Monsanto pour la bagatelle de 59 milliards d’euros. D’après le journal Le Monde (1), la transaction « est l’une des plus importantes fusions-acquisitions engagées dans le monde depuis le début de l’année . » Avec cet achat, la concentration du marché des semences poursuit son mouvement de concentration, représentant une grave menace pour la sécurité alimentaire. Rappelons que certaines études indiquent que les produits de Monsanto détiennent un risque cancérigène très élevé. Avec la fusion de l’entreprise agroalimentaire et de la société pharmaceutique, c’est la boucle qui est bouclée.

Monsanto est une société américaine aujourd’hui spécialisée dans les biotechnologies agricoles. John Francis Queeny fonde la firme en 1901.

Initialement, l’entreprise de produits chimiques fabriquait de la saccharine (2) dont la production était essentiellement destinée à une jeune entreprise nommée Coca-Cola. Très vite, la société va se diversifier. En 1945, Monsanto débute la production d’herbicide et d’insecticide. Elle produira notamment l’Agent orange : un herbicide puissant contenant de la dioxine et utilisé par l’armée américaine lors de la guerre du Viêt Nam entre 1964 et 1973. Le défoliant avait pour objectif de tuer toute la végétation dans laquelle se cachaient les combattants du Viêt-Cong . Ainsi, c’est plus de 80 millions de litres d’Agent orange qui sont déversés sur l’ensemble du pays provoquant des maladies et des malformations chez les civils. La société a également produit des PCB, un composant chimique contenant également de la dioxine et dont l’usage a servi à la fabrication d’isolant électrique et à la production de peinture. Le problème est que sa détérioration a contaminé l’environnement, ayant des répercussions sur la santé, si bien que la fabrication du composant a été interdite aux USA en 1979.

Aujourd’hui, le groupe produit près de 90 % des semences transgéniques mondiales – colza, maïs, soja et coton. Ces semences sont les seules qui résistent au désherbant le plus vendu au monde : le Roundup. Produit fabriqué également par Monsanto et dont l’usage sur les terres est désastreux. En effet, tout est détruit dans le sol excepté les semences commercialisées par la firme elle-même contraignant l’agriculteur de planter les mêmes semences. De plus, la firme ayant breveté les semences transgéniques, oblige les agriculteurs à lui verser des redevances chaque année pour continuer la plantation.

(1) http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/09/14/bayer-met-59-milliards...
(2) Un édulcorant artificiel au pouvoir sucrant plus élevé que le sucre naturel

Le glas va sonner !

Les 15 et 16 octobre 2016 avait lieu à La Haye le Tribunal International « Monsanto ». Unique en son genre, ce tribunal a réuni pendant 2 jours des témoins, des experts et des avocats du monde entier qui sont venus plaider devant d’éminents juges pour vérifier à partir du droit international si les activités de Monsanto sont compatibles avec plusieurs notions juridiques : le droit à un environnement sain et durable relatif aux droits de l’Homme, le droit à l’alimentation, le droit à un meilleur état de santé, le droit à la liberté d’expression, ainsi que pour savoir si Monsanto pouvait être jugé pour écocide et crime contre l’humanité.

La particularité de ce tribunal, sans en ménager sa portée, c’est qu’il ne s’inscrit pas dans une démarche classique, dans ce sens où il est un tribunal d’opinion, il ne débouche pas sur une condamnation. Les juges vont vérifier si les activités de Monsanto dans les notions de droits sont en conformité avec les instruments juridiques. Cela va déboucher sur un avis consultatif d’autorité qui mettra en place des constats et des recommandations. Il permettra de donner des outils juridiques afin de permettre aux avocats et aux tribunaux d’intervenir et pouvoir ainsi aller plus loin. D’autre part, cet avis consultatif fera progresser le droit international des droits de l’Homme. « Le droit suit les choses et c’est à nous de le faire évoluer, c’est comme ça qu’il faut qu’il évolue et c’est grâce à vous que le droit pourra évoluer. S’il n’y a pas des mouvements tels que ceux-là, ceux de la société civile, qui le fera ? Le droit est fait pour vous, pour ceux qui souffrent, pour la société civile » concluait Françoise Tulkens, présidente du tribunal.

À l’initiative de la société civile, ce tribunal permet de donner la parole aux témoins pour faire comprendre au public les impacts des activités de Monsanto. Il est le berceau d’une prise de conscience générale et constitue un précédent dans l’Histoire, un corpus de preuves dont chacun pourra se saisir. Enfin, il édifie une muraille d’espoir contre l’impunité des grands criminels d’argent.
Comme l’a dit Marie-Monique Robin, marraine du tribunal et réalisatrice du fameux documentaire « Le Monde selon Monsanto » : « nous avons ouvert une brèche dans le mur de l’impunité ». Le combat contre Monsanto a commencé il y a des années, des années de dur labeur, de pressions de la part de Monsanto, de mensonges, des années acharnées pour faire connaître les pratiques et les vices d’une entreprise qui s’accapare le vivant, et qui bafoue les droits de l’Homme. Alors, rendez-vous en avril 2017 pour connaitre l’avis juridique rendu par ce tribunal !

En attendant les choses bougent déjà, Monsanto a été condamné pour la première fois en France avec le procès de Paul François, intoxiqué au Lasso, un autre pesticide de l'entreprise qui est désormais interdit. Même si la multinationale continue de faire appel, la victoire n’est plus très loin. En ces temps qui courent, Monsanto a mauvaise mine et rencontre des réelles difficultés économiques. La preuve : les actions de l’entreprise ont reculé de 26% en 2015 et ses bénéfices de 15,5% ! Monsanto a donc déjà prévu de supprimer 13% de ses employés, alors… On continue d’y croire, on ne lâche rien !

Source : http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/10/07/monsanto-supprimera-2-...

Un problème global

Aujourd’hui, le problème « Monsanto » est représentatif d’une dégénérescence massive de la part de sociétés multinationales qui usent de stratégies perverses pour imposer leur modèle et leurs produits. Ce modèle économique qui justifie de bafouer les droits les plus élémentaires pour produire plus et gagner plus. Hélas, le 21ème siècle n’est pas avare d’exemples en tout genre : du scandale de Nestlé avec son lait maternel à la déforestation massive de Nutella, de l’exploitation d’enfants dans les entreprises Nike à l’épandage de pesticides hautement cancérigènes tuant le sol et les pollinisateurs, la machine continue de tourner. Mais il faut bien se rendre compte que ce sont nous, citoyens, qui avons contribué à donner du pouvoir à ces entreprises, qui leur avons permis de s’étendre. En achetant leurs produits, nous validons leur stratégie et leur modèle de pensée. Nous devons cesser de produire des victimes d’un système qui met au premier plan la productivité et l’argent pour justifier ses pratiques. Libre à nous de nous tourner alors vers des produits plus sains, plus respectueux, vers une alimentation et une consommation durables moins tournés à la dépense que vers une consommation responsable et équitable. Dès lors, chacun aura son rôle à jouer dans cette belle lutte contre l’impunité des grandes entreprises.

Et toi dans tout ça !?

Comment, dans nos actions quotidiennes, avoir des gestes qui favorisent une agriculture agro-écologique, qui respecte l’Homme, les sols et les écosystèmes ? Comment s’éloigner au mieux de l’agriculture industrielle et arrêter de gonfler les poches des géants comme Monsanto ou Bayer ? De manière assez simple en réalité ! Quelques propositions concrètes…
• En achetant des semences et graines potagères biologiques et reproductibles. Par exemple chez Cycle-en-Terre, dont nous avions dressé le portrait de son initiatrice, Fanny Lebrun, dans le Bulles Vertes 50 !
http://www.cycle-en-terre.be/
• En dénonçant, en en parlant autour de soi, en publiant des vidéos sur nos murs Facebook, en envoyant des mails à nos amis, à nos connaissances. Une belle vidéo qui synthétise la problématique en quelques minutes ? La vidéo « Data Gueule Monsanto », qu’on trouve facilement sur You Tube : https://www.youtube.com/watch?v=8gJn4EhlsY0
Si vous avez plus de temps, visionnez le film « Le monde selon Monsanto » de Marie-Monique Robin : https://www.youtube.com/watch?v=P_RhMe4iN8o
• En boycottant les marques qui sont liées à Monsanto (voir figure). Toutes ces marques ne contiennent pas forcément de produits Monsanto mais appartiennent à des sociétés qui en utilisent, au moins pour une partie de leur production.
• En privilégiant les petits producteurs pour les achats de viandes, fruits et légumes, farine, … De manière générale, se questionner sur ce que l’on mange, sur la façon dont est produite notre nourriture, s’intéresser à la réalité du producteur et donner par-là du sens à nos choix !