Le volontariat

De nos jours, face à une économie qui s’essouffle et face à un gouvernement qui n'est plus en capacité d'assurer lui-même tous les services à la population, le volontariat s'impose comme une remarquable capacité d'adaptation, il s’insère dans une structure collective et traduit le désir profond de la population de réinventer et retisser le lien social, proposant alors une autre manière de vivre, plus agréable et plus solidaire.

Petite histoire du volontariat

De nos jours, à l'heure de l'individualisme et du « tout travail mérite salaire », il y a des hommes et des femmes qui se battent pour contrecarrer l'idée ambiante que le collectif n'aurait pas sa place dans notre société. Pourtant, depuis des siècles, l’organisation sociale de nos civilisations révèle des formes où la charité a une grande importance, et c'est à partir de là que l'on voit apparaître les prémices du volontariat moderne. Selon l’Ancien Testament, l'engagement de secourir son prochain est un devoir. Le volontariat apparaît ici comme une manière d’être ensemble, une façon de marquer son rapport à l’autre. Dans la Grèce antique où l’organisation politique était la cité, on recherchait davantage des sentiments réciproques d’affection et de sympathie. Le volontariat avait pour but premier de créer du lien, de rapprocher les gens. Au XVIIIe siècle, face à la vision ancienne et désespérante du poète latin Plaute, «Homo homini lupus» (l’homme est un loup pour l’homme), s’oppose celle de Voltaire qui met en valeur la «bienveillance naturelle» de l’être humain pour ses semblables. De nos jours donc, on assiste de plus en plus à l'essor du volontariat. De cette manière, il est intéressant de voir ce qu'a apporté la sensibilité écologique dans la manière de penser notre rapport aux autres et au monde. En effet, on laisse entendre qu'un rapport social ne se comprend pas que dans la finalité de l’action, mais dans un désir de partage où la relation importe pour les liens qu’elle crée. Source : http://classiques.uqac.ca/contemporains/robichaud_suzie/le_benevolat/le_...

Le volontariat en Belgique sous la loupe

À l’initiative de la Fondation Roi Baudouin, une enquête concernant le volontariat en Belgique a été menée à grande échelle d’octobre 2014 à janvier 2015. Cette étude est la première du genre dans notre pays. C’est l’occasion pour nous d’avoir quelques chiffres et d’en apprendre davantage sur les volontaires belges !

En Belgique, 1.165.668 personnes âgées de 15 ans et plus sont volontaires au sein d’une organisation, une association la plupart du temps. Cela représente environ 12,5% de notre population. Le travail qu’ils offrent gratuitement est estimé à 221,2 millions d’heures chaque année, ce qui représente environ 130 000 emplois ETP (équivalents temps plein).

Mais quel est le profil de ces volontaires ? 7,2% d’entre eux habitent à Bruxelles, 11,7% en Wallonie et 13,9% en Flandre. Ils sont en général diplômés de l’enseignement supérieur (bachelier ou master). D’ordinaire, ils sont engagés auprès d’une seule organisation, et ce pour une activité en particulier. Cette implication est très variable, allant de quelques-unes à plusieurs centaines d’heures de volontariat par an, dans le cadre d’activités régulières et/ou d’évènements occasionnels voire annuels.

Dans quels secteurs mettent-ils leurs compétences à profit ? Les volontaires belges s’investissent principalement dans 4 domaines d’activités (voir Figure 1) :
• les sports
• la culture et les associations socio-culturelles
• les services sociaux
• l’éducation, la formation et la recherche

Le volontariat en Belgique sous la loupe (suite)

Tordons le cou à quelques clichés… On entend souvent dire que les volontaires sont majoritairement des femmes : c’est faux. Il y a presque autant d’hommes que de femmes volontaires. Par contre, les activités qu’ils choisissent de faire et les secteurs dans lesquels ils s’impliquent sont différents.

Selon une autre idée reçue, la plupart des volontaires sont des seniors : c’est faux (voir Figure 2). L’engagement volontaire est globalement constant dans toutes les tranches d’âge situées entre 15 et 59 ans, et diminue à partir de 75 ans. Ceux qui s’investissent le plus, en termes de temps, sont les 20-24 ans.

Un dernier cliché : les volontaires sont généralement des chômeurs. Et bien c’est encore faux. Les personnes actives sur le plan professionnel représentent 57% des volontaires.

Source : Fondation Roi Baudouin (2015). Le volontariat en Belgique - chiffres-clés et analyse. ZOOM. En ligne https://www.kbs-frb.be/fr/Activities/Publications/2015/20151019ND.

Quand volontariat et nouvelles technologies font bon ménage !

Les volontaires sont de plus en plus équipés de nouvelles technologies, elles qui ont envahi notre quotidien. Influencent-elles leur manière de travailler ? Avec elles, les volontaires ont-ils changé de visage ? Eh bien oui !

Les volontaires effectuent désormais certaines tâches à distance : ils peuvent, de chez eux, gérer un site web, concevoir une base de données, rédiger des articles etc. La communication entre volontaires est facilitée : des idées sont relayées par mails ou une action est organisée via un groupe sur un réseau social. Pour autant, que les écrans ne nous fassent pas négliger les rencontres en chair et en os et le plaisir de se retrouver autour d’un bon repas !

Les nouvelles technologies permettent aussi aux associations de toucher plus de personnes et, pourquoi pas, de nouveaux volontaires : tu as surement déjà vu des appels à volontaires circuler sur les réseaux sociaux. Il y a quelques mois, l’asbl Fovento a été un pas plus loin. Fovento, quésaco ? C’est une plate-forme de volontariat qui met en contact des jeunes professionnels avec des associations, ce pour un besoin spécifique. Le volontariat prend ici la forme de missions de courte durée (pas plus de 3 jours) et bien définies (optimisation des outils de communication, rafraichissement du graphisme, traduction de documents, …). L’engagement n’est donc pas envisagé sur le long terme et est axé sur l’offre de compétences professionnelles : de nouveaux volontaires en perspective !

Source : www.fovento.be

BnBeez, choisissez des vacances sur le mode convivial…

Aujourd'hui plus besoin d'économiser des mois pour partir en vacances à l'étranger ou près de chez soi. Plus besoin de postuler en tant que caissier chez Mac Do pour toucher le précieux pécule. Ah non ?! Connaissez-vous BnBeez ?

Chez BnBeez, le principe est simple : vous échangez un savoir ou un service contre un hébergement. Il suffit de s'inscrire sur le site, c'est gratuit, et ni une ni deux, vous pouvez vous lancer dans l'aventure ! Tout se fait via la plateforme sur laquelle vous proposez vos services ou votre hébergement, vous contactez les personnes intéressées ou vous vous faites contacter... Vous vous accordez avec votre partenaire et vous finalisez votre échange. Vous pouvez proposer ou rechercher toutes sortes de services : peinture, dessin, cuisine, jardinage, bricolage, musique,… il y en a pour tous les goûts. Vous partez ainsi à moindre coût partout dans le monde, vous partagez des moments de convivialité, vous visitez le pays de l'intérieur, chez l'habitant, et vous vous constituez un beau carnet d'adresses !!

Alors n'hésitez plus, lancez-vous dans l'aventure BnBeez : http://bnbeez.com/

Lexique

Bénévolat : En Belgique les termes de "bénévolat " et de "volontariat" ont longtemps été considérés comme parfaitement synonymes. La loi relative aux droits des volontaires de 2005 officialise le terme « volontariat », toute autre activité non rémunérée est dès lors qualifiée de « bénévole ».

Volontariat : Selon l'article 3 de la loi de 2005, toute activité:
- exercée sans rétribution ni obligation ;
- au profit d'une ou plusieurs personnes, d'une organisation ou d'une collectivité ;
- organisée par une organisation en-dehors de son cadre familial ou privé ;
- et qui n'est pas exercée dans le cadre d'un contrat de travail.

Sources :
http://www.ces.ulg.ac.be/fr_FR/services/cles/notes-de-synthese/volontari...